Le conte du rouge-gorge
conte musical illustré par Vertica
 texte : J-F. Vacquer, C. Citel
 -
 
Par la grâce de l'ange, le rouge-gorge prit les traits d'un trouvère originaire de Nesle, au pays de Santerre. Ce trouvère avait nom Blondel. Le roi Richard Coeur de Lion, poète estimable lui-même, l'avait remarqué et avait fait de lui son musicien préféré et confident. A la cour de ce roi artiste, assurément meilleur artiste que roi, les artistes étaient rois. 
Mais en cette année 1193, Richard avait été capturé sur la route du retour des croisades par l'un de ses nombreux ennemis, le duc Leopold d'Autriche.  
Blondel de Nesle se lamentait : 
"En vérité, ce m'est grand peine et douleur de ne savoir où l'on tient captif mon gentil sire. Je veux l'aller quérir et n'aurai cesse que je ne l'aie retrouvé. En route pour le Saint Empire Romain Germanique !" 
 Et de cheminer de ville en village, de castelet en place-forte, ainsi que faisaient, en ce temps-là, trouvères, troubadours et ménestrels. Un jour que Blondel rôdait aux alentours d'un castel, afin de savoir si son roi y était prisonnier, celui-ci l'aperçut par une meurtrière et, pour s'en faire reconnaître, entonna un air. 
"Est-ce possible ? Cette voix, n'est-elle pas celle de mon maître ? Et cette romance, ne l'ai-je point composée avec lui ?" 
Blondel, bouleversé, s'en alla chercher sa vielle et revint au pied de la tour jouer les mélodies que tous deux connaissaient bien. 
 
 
 
 
 
 
Calabaça
(XIVème siècle)
(Fichier RealPlayer G2)
 
 
 
 Retour sommaire Vertica | Retour sommaire du conte | Page suivante